De moins en moins

Traduit par Bernard Tornare, blog Hugo Chavez Ce texte fait partie de la série Las insurrectas (Les insurgés). Les seules fois où Caya de nía Chenta entendait le bruit des sabots des chevaux sur les pavés, c’était la nuit, lorsqu’elle tenait compagnie à la dame de la pharmacie ; lorsque ses enfants partaient en voyage à la capitale, elle demandait à nía Chenta de lui prêter la maison pour pouvoir dormir avec elle pendant leur retour. C’est ainsi que Caya entendit le bruit de l’eau potable qui coulait dans les tuyaux en PVC, et dans cette maison, elle vit aussi pour…

Continuar leyendo…

Refresco de carambola

Tradução do Beatriz Cannabrava, Revista Diálogos do Sul Nos primeiros anos, Filomena anotava em espanhol em uma livreta e com um tradutor inglês-espanhol traduzia a lista para comprar no supermercado, tudo para comida kosher. Em sua natal Sibaná, El Asintal, Retalhuleu, Guatemala, jamais ouvir falar da religião judaica e muito menos de comida kosher, foi em Chicago em seu primeiro trabalho que descobriu esse mundo de alimentos e rituais tão estranhos.  Ao princípio lhe pareciam manhas de gringos, como a dos evangélicos com seus alto-falantes a todo o volume em sua aldeia nos domingos de culto e o montão de “cucuruchos” [1]bem…

Continuar leyendo…

Une carambole fraîche

Traduit par Bernard Tornare, blog Hugo Chavez Les premières années, Filomena écrivait en espagnol dans un carnet et utilisait un traducteur anglais-espagnol pour rédiger la liste des courses, toutes pour de la nourriture casher. Dans sa ville natale de Sibaná, El Asintal, Retalhuleu, au Guatemala, elle n’avait jamais entendu parler de la religion juive. Et encore moins de la nourriture casher. C’est à Chicago, lors de son premier emploi, qu’elle a découvert ce monde étrange constitué d’aliments et de rituels.  Au début, on aurait dit des trucs de gringos, comme les évangélistes avec leurs haut-parleurs qui diffusent dans son village les dimanches…

Continuar leyendo…

Fresco de carambola

En los primeros años, Filomena anotaba en español en una libreta y con un traductor inglés-español traducía la lista para comprar en el supermercado, todo para comida kosher. En su natal Sibaná, El Asintal, Retalhuleu, Guatemala, jamás escuchó de la religión judía y mucho menos de la comida kosher, fue en Chicago en su primer trabajo donde descubrió ese mundo de alimentos y rituales tan extraños.  Al principio le parecían mañas de gringos, como la de los evangélicos con sus bocinas a todo volumen en su aldea los domingos de culto y el montón de cucuruchos que bien santos cargando…

Continuar leyendo…

A Sprig of Mint

Translated by Marvin Najarro It was eleven thirty in the morning when, after the rain had stopped, Sabina got a whiff of fresh mint, and of freshly cut sprigs of cilantro wrapped in a tortilla fresh from the comal; the taste of tomato juice dripping from the corners of her lips, made her miss her native Olopa, Chiquimula, Guatemala, immensely, as well as her childhood years when the family was together. It is a hot day at the beginning of May, a rare thing, since summer arrives in June with its dog days and heavy rain. The hot weather makes her travel…

Continuar leyendo…

Un brin de menthe

Traduit par Bernard Tornare, blog Hugo Chavez À onze heures et trente du matin, Jacinta sentit l’odeur de la menthe fraîche après la pluie et celle des brins de coriandre fraîchement coupés, enveloppés dans une omelette fraîchement sortie du comal. La sensation du jus de tomate coulant sur les coins des lèvres lui fit encore plus regretter sa natale Olopa, Chiquimula au Guatemala, ainsi que les années de son enfance où la famille était réunie. C’est une journée chaude de début mai, chose rare, car l’été arrive en juin avec sa canicule et ses pluies torrentielles. La chaleur lui fait remonter…

Continuar leyendo…